fbpx

Oyez Dames Chevaliers, Chevaleresses et Chevaliers de l’Astrée !

Les bourdons bourdonnent, les oiseaux chantent, le soleil brille… Ou pas !
En avril, ne te découvre pas d’un fil, en mai, fais ce qu’il te plaît…
Ou mets ton manteau ☔
Mais qu’à cela ne tienne, ce ne sont pas quelques gouttes de pluie qui effraieront les Chevaliers de l’Astrée ! Retour sur les escapades du mois.

Portes ouvertes les 12 et 13 juin !

Dans le cadre de l’événement Bienvenue dans mon jardin au naturel du Cpie, la fôret comestible sera ouverte à toutes et à tous les 12 et 13 juin de 14h à 18h.
Au programme : échanges et partages. Cela sera également l’occasion de déterrer notre slip et d’observer le résultat.
 
Nous avons hâte de vous accueillir, venez masqués ! 

Plantation, plantation, plantation !

La guilde 6 (qui attend encore et toujours qu’on lui trouve un nom, suggestions bienvenues !) a été complétée avec l’ajout d’un bac de 6x1m dans lequel nous avons planté une trentaine d’agastaches de diverses variétés.

L’agastache est une plante herbacée vivace avec une belle floraison en épis de juin aux gelées et une odeur anisée. Les fleurs et les feuilles se consomment en tisane, en sirop, en sauce… Les fleurs sont délicieuses dans les salades de fruits !
 

Nous avons également ajouté deux variétés de consoude, la consoude à grandes fleurs et la consoude officinale. Des plantes couvre-sol à la floraison généreuse viennent compléter le bac : pratia pedunculata, et nierembergia rampant.
 
Enfin, sur le grillage bordant la route, des espèces grimpantes ont été installées, notamment du jasmin étoilé,  des akébias, clématites, chèvrefeuilles…
ponte d'une coccinelle

Ca tourne !

Nous nous sommes lancés dans la construction d’une spirale aromatique !
 
La spirale est un type de culture sur butte qui nous vient de nos amis britanniques, dont le climat est peu propice à la culture des herbes aromatiques.
La spirale permet de créer différents micro-climats : très ensoleillé et sec en haut, et de plus en plus humide et ombragé à mesure que l’on descend vers le sol.
 
On peut donc planter un grand nombre d’espèces aux besoins différents dans un tout petit espace. Construite en pierres, la spirale aromatique est également un gîte de choix pour la faune sauvage qui s’installe dans les creux du mur.

 

Les pierres ont été trouvées grâce à une petite annonce. Un charmant couple de la région a abattu un mur et ne souhaitait pas conserver les pierres, nous étions donc ravis de les débarrasser. Les autres matériaux nécessaires sont du sable et de la terre.
 
Nous espérons vous dévoiler bientôt le résultat final !

Déménagement !

Surprise ce mois-ci concernant la ruche ! Lors d’une visite sur le domaine des Chevaliers de l’Astrée, nous avons trouvé ceci :

Nous avons aussitôt contacté Jean-Paul et Martine, propriétaires de la ruche, qui nous ont rassurés. Il s’agit du phénomène de l’essaimage, durant lequel une seconde reine quitte la ruche avec une partie de l’essaim. Bonne chance à elles !

Allons voir si la rose…

Dans le cadre d’un futur projet, la plantation d’une petite roseraie a été entamée dans un coin abrité du terrain, près de la mare.
 
Une centaine de rosiers entourera bientôt un Magnolia virginiana ‘Glauca’. Cet arbre est un symbole de force, de pureté et d’amour.
La variété ‘Glauca’ en particulier est très rustique, elle tolère les sols humides voire détrempés (proximité de la mare oblige !)
Son feuillage est semi-persistant : si l’hiver n’est pas trop rude, les feuilles ne tombent pas. Il fleurit longuement entre juin et septembre, des fleurs blanc-crème au parfum citronné et vanillé.

 

Une charmille, un petit labyrinthe composé de petits charmes, viendra ajouter un décor mystérieux à l’entrée de la roseraie.
ponte d'une coccinelle

Bête à (bon Dieu) rosier heureux

Qui dit rosiers dit souvent pucerons. Plusieurs moyens sont possibles pour les éloigner de façon naturelle :
 
Planter des végétaux dont l’odeur repousse les pucerons, par exemple de la lavande, du basilic, des œillets…
 
Planter à proximité de vos rosiers des plantes dont les pucerons raffolent afin qu’elles se fassent dévorer en lieu des autres, comme les capucines ou les choux.
 
Utiliser ce que l’on appelle la ‘lutte biologique’: infiltrer un organisme prédateur, soit une bactérie, soit un insecte comme auxiliaire de culture.
Sa tâche consiste à lutter contre un ravageur des plantes cultivées. Cet insecte fait ainsi le travail d’un pesticide sans être du poison.

 

Nous avons donc tenté l’élevage de coccinelles, grandes amatrices de pucerons !
Si cela vous intéresse, vous pouvez lire notre expérience sur l’élevage de coccinelles ICI, et si vous souhaitez en savoir plus sur les coccinelles en général, c’est par .

Cueillette de pommes 2021 !

Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous en septembre pour la cueillette de pommes au verger d’Aigurande !
La date précise est encore à déterminer mais la récolte semble prometteuse et nous avons hâte de passer ce moment en votre compagnie.
N’hésitez pas à nous informer de votre présence en écrivant un mail à melanie@chevalier-de-lastree.eu ou par téléphone au 09.63.55.22.70

Le saviez-vous ?

Vous avez déjà entendu un belge ou un suisse vous dire qu’il a acheté telle chose pour nonante six Euros, ou bien vous dire que sa grand-mère vient d’avoir septante trois ans…
Mais pourquoi donc utilisent ils ces drôles de termes ? Ou peut-être est ce nous qui nous fourvoyons ?

Tout découle en fait du système de numération !

Historiquement, une grande partie du monde utilisait le système dit vicésimal (ou vigésimal), qui utilise la base de vingt ( 20, comme tous nos doigts comptabilisés).

Ainsi, un sou valait 1/20e de Franc (5 centimes), et un shilling 1/20e de livre.

Au moyen âge, on trouvait ces formes : vingt et dix pour trente, deux vingt pour quarante, deux vingt et dix pour cinquante, et trois vingt pour soixante.

Mais aujourd’hui, comme vous le savez, nous utilisons presque tous le système décimal, qui utilise la base de dix.

Dès la fin du moyen âge, les pays francophones adoptèrent ce système, et les appellations dix, vingt, trente, quarante, cinquante et soixante.
Par contre, pour ce qui est des trois dizaines précédant cent, c’est une autre histoire.
La belgique, Luxembourg et Suisse romande adoptent septante, huitante (sauf à Genève) et nonante, ces appellations sont basées sur le système décimal.

Par contre, en France, nous avons gardé nos vieilles appellations, soixante-dix est un mix des deux systèmes, mais quatre-vingts et quatre-vingt-dix nous restent du système vicésimal !

Si vous avez entendu parler de l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris, c’est parce que lors de sa création vers 1260, on parlait encore en vingtaines, et cet hôpital possédait 15×20 lits, soit 300 !

À bientôt !

Rendez-vous le mois prochain, nous vous parlerons de la spirale, de la revisite du tipi végétal, et de pleins d’autres choses…
 
Sincères amitiés,
 
L’équipe des Chevaliers de l’Astrée

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer