Le déclin des abeilles oblige les pomiculteurs chinois à polliniser à la main

L’agriculture et la santé humaine dépendent des services fournis par les organismes sauvages de l’écosystème : les vers, les cloportes, les mille pattes et une foule d’autres créatures qui aident à la formation des sols, des forêts pour produire de l’oxygène. Ils aident également à prévenir l’érosion du sol et réguler le débit d’eau. Les oiseaux mangent les insectes nuisibles, les mouches et les coléoptères décomposent les excréments d’animaux ; et les abeilles et les autres pollinisateurs se chargent de la pollinisation des cultures.

L’agriculture moderne menace d’éradiquer ces organismes, et ainsi de se compromettre.

L’importance de la pollinisation

La pollinisation fournit l’un des exemples les plus clairs de la façon dont notre mépris pour la santé de l’environnement menace notre propre survie. Environ 75 % de toutes les espèces de cultures exigent la pollinisation par les animaux d’une certaine sorte, souvent par les abeilles, mais parfois par des mouches, des papillons, des oiseaux ou même des chauvesouris.

La pollinisation des cultures par les insectes a été estimée à une valeur de 14,6 milliards de $ à l’économie des États-Unis et 440 millions de £ par an au Royaume-Uni. Certaines pollinisations se font par les abeilles domestiques, mais la majeure partie de la pollinisation de la plupart des cultures se fait par des insectes sauvages, y compris de nombreuses espèces d’abeilles sauvages telles que les bourdons.

La diversité des abeilles a diminué de façon marquée en Europe, avec de nombreuses espèces qui disparaissent de leur ancienne aire de répartition, et certaines espèces sont en voie d’extinction. Le Royaume-Uni a déjà perdu trois espèces de bourdons, et six autres sont énumérés en voie de disparition. Quatre espèces de bourdons ont disparu de l’ensemble de l’Europe, et il y a de bonnes preuves pour des baisses similaires en Amérique du Nord et en Chine.

Les animaux pollinisateurs volent dans nos champs pour polliniser les cultures des zones environnantes sauvages ; mais s’il n’y a pas de zones sauvages, ou si les cultures sont aspergées d’insecticides, les pollinisateurs vont souffrir et les rendements diminueront.

 

La pollinisation à la main due au manque de pollinisateurs naturels

La pollinisation à la main en est la preuve de la baisse des rendements de plus en plus imprévisibles des cultures pollinisées par les insectes, en particulier, dans les zones où l’agriculture est plus intensive. Lorsque les cultures sont cultivées dans de vastes champs, il n’y a pas assez d’insectes pour tout le monde. Si les insecticides sont pulvérisés trop souvent, alors les pollinisateurs essentiels ne peuvent pas survivre.

L’exemple le plus spectaculaire provient des pommiers et poiriers du sud-ouest de la Chine, où les abeilles sauvages ont été éradiquées par l’utilisation excessive de pesticides et d’un manque d’habitat naturel. Au cours des dernières années, les agriculteurs ont été contraints de polliniser à la main leurs arbres, portant des pots de pollen et des pinceaux avec lequel ils pollinisent individuellement chaque fleur. Mais ce type de pratique n’est possible que pour ce genre de grande valeur agricole, mais il n’y a pas assez d’humains dans le monde pour polliniser toutes nos cultures à la main.

Il existe pourtant des solutions simples : des études en Europe et en Amérique du Nord ont permis de constater que la plantation de bandes de fleurs sauvages dans les fermes, et laisser des taches de végétation naturelle telles que les forêts peuvent grandement augmenter les populations de pollinisateurs. Ces pratiques peuvent également augmenter les populations de prédateurs naturels, ce qui diminuerait la nécessité de pulvérisation de pesticides. Avec un peu d’effort, il est parfaitement possible de cultiver de la nourriture tout en prenant soin de l’environnement.

En fait, sur une vision sur le long terme, c’est probablement la seule manière de produire de la nourriture, sinon il y aurait un risque que l’agriculture s’effondre. Sans abeilles, nos régimes seraient désespérément pauvres. Nous serions contraints de survivre sur les cultures pollinisées par le vent : le blé, l’orge et le maïs, et rien d’autre.

Les abeilles et les autres insectes ont fourni la pollinisation de nos cultures de manière naturelle depuis des millénaires. Et ils continueront à le faire si nous apprenons à reconnaitre leur importance et à leur retourner la faveur en fournissant ce dont ils ont besoin pour survivre. Nous devons reconnaitre que notre santé et notre bien-être dépendent de notre manière de préserver un environnement sain, et que, pour cela, il faut que nous montrions un peu de respect pour la myriade d’animaux et de plantes sauvages avec lesquelles nous partageons le monde.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer